Mais qui est donc Cédric Annicette ?

Qui est Cédric Annicette ?

Dans le domaine des formations visant à acquérir une indépendance financière, Cédric Annicette est aujourd'hui un nom qui compte. Ce complet autodidacte a su partir de zéro et sortir de la mécanique du travail salarié pour créer son propre modèle de réussite. Sa formation QLRR fait à présent figure de référence dans l'Hexagone.

Quel est le parcours de Cédric Annicette ? Par quelles étapes a-t-il dû passer pour construire son succès ? Nous nous attarderons ici tant sur son parcours scolaire et professionnel que sur ses réussites dans le domaine de l'entrepreneuriat. Ce faisant, nous en viendrons à aborder la thématique des différentes formations qu'il prodigue.

Son parcours biographique

Enfance

Même s'il affirme n'avoir jamais manqué de rien lorsqu'il était enfant, Cédric Annicette n'a pas grandi dans un milieu favorisé. Il a passé en effet ses jeunes années en banlieue parisienne, et plus précisément dans le Val-d'Oise (95). Ses parents ont peu d'argent mais travaillent énormément pour joindre les deux bouts. Bien que modestes, leurs revenus conjugués suffisent alors à faire vivre la famille.

On comprend donc aisément que Cédric Annicette n'est pas un héritier ou un rentier qui a pu compter sur un important capital de départ pour faire fortune dans les affaires. Son enfance lui a cependant inculqué le goût de l'effort, nécessaire pour mener à bien n'importe quel projet. Sa jeunesse apparaît comme identique à celle de milliers de jeunes nés en région parisienne. Lorsqu'il s'agit de revenir sur son parcours, Cédric Annicette se décrit ainsi comme « un gars normal ».

Rien dans son enfance ne le prédestinait à connaître une réussite aussi fulgurante dans le domaine des affaires. On peut constater néanmoins qu'il a connu très jeune la valeur de l'argent et les sacrifices parfois nécessaires à réaliser au quotidien. Il note également que l'endettement est alors, pour ses parents, une situation à éviter à tout prix.

Scolarité

Cédric Annicette est loin d'avoir connu un parcours scolaire brillant. Il est en difficulté dans de nombreuses matières dès le collège. Comme beaucoup d'autodidactes, il a du mal à s'intégrer au système d'enseignement français qui impose une formation générale, incluant de manière obligatoire des matières pour lesquelles il n'a aucune affinité naturelle. Sa faible moyenne générale ne lui offre que des options réduites alors qu'il est en classe de troisième.

Face à ses difficultés, son professeur principal lui conseille de ne pas suivre la filière classique au lycée. Il lui est recommandé de s'orienter, « dans le meilleur des cas », vers un CAP ou un BEP. Ces deux filières sont perçues comme des voies de garage pour les élèves qui ne sont pas censés avoir un niveau suffisant. Par orgueil plus que par choix, il décide de ne pas suivre ces recommandations et continue son parcours scolaire au lycée.

De ses années de scolarité, Cédric Annicette retient surtout la nécessité absurde d'être bon, sinon moyen, dans tous les domaines. Cette prérogative est en totale contradiction avec les règles qui prévalent dans la vie active, où il est bien plus intéressant d'être spécialisé dans un domaine en particulier. Il s'insurge déjà contre l'obligation de suivre « comme un robot » des cours qui ne lui correspondent pas.

En faisant le choix du lycée, Cédric Annicette a pu se donner de nouvelles opportunités. Assidu, il parvient à décrocher son baccalauréat et à poursuivre des études supérieures. Après plusieurs années d'enseignement supplémentaires, il obtient son diplôme d'ingénieur. C'est donc tout naturellement qu'il se dirige ensuite vers le monde de l'emploi en tant qu'ingénieur en système d'information.

Trajectoire professionnelle

Devenu ingénieur, Cédric Annicette comprend que la flexibilité est nécessaire pour décrocher un emploi. C'est pour cette raison qu'il part à Londres en 2007 afin de débuter sa carrière professionnelle. En travaillant en tant qu'ingénieur en Angleterre pendant deux ans, il se rend compte de la difficulté de se construire un capital malgré de nombreuses heures de travail acharné. En 2009, il revient en France avec, comme il le dit lui-même, un « capital proche de zéro ».

De retour à Paris, il trouve un emploi en CDI au sein d'une grande banque d'investissement française. Il intègre à cette occasion les équipes informatiques au service des salles de marchés. Le travail l'intéresse mais lui demande un investissement personnel conséquent, avec des horaires de bureau s'étalant, au minimum, de 9 heures à 18 heures du lundi au vendredi.

Cette situation l'amène à réfléchir sur ce qu'il souhaite vraiment faire de sa vie. Ces horaires lui imposent des charges de travail importantes qui ne désenflent jamais. Plus il travaille, plus ses supérieurs comptent sur lui pour se montrer disponible et faire des heures supplémentaires. Dans le même temps, son train de vie augmente et il commence à s'endetter.

Face à une situation qui lui semble insoluble, Cédric Annicette envisage de plus en plus de créer sa propre voie. Il ne veut plus rester « bloqué sous un néon dix heures par jour ». Devenir financièrement indépendant, travailler par passion et non par obligation, lui paraissent plus que jamais nécessaires. C'est ainsi qu'il va chercher de nouvelles manières de gagner de l'argent de façon autonome.

Une parfaite formation en autodidacte

Recherches et lectures

Rich Dad Poor Dad

Pour pouvoir trouver une alternative au salariat, Cédric Annicette commence par apprendre de ceux qui ont réussi. Il s'intéresse tout particulièrement aux entrepreneurs à succès ayant un parcours similaire au sien, c'est-à-dire n'ayant pas de véritable mise de départ à investir et ne sortant pas de grandes écoles.

Ne connaissant aucune personne de ce profil, c'est dans les livres qu'il va apprendre les rudiments de l'enrichissement personnel. Plusieurs lectures le marquent profondément : « Rich Dad Poor Dad » de Robert Kiyosaki, « The Richest Man in Babylon » de George Samuel Clason ainsi que le classique de Napoleon Hill « Think & Grow Rich ».

C'est fort de ce premier apprentissage qu'il comprend qu'il est possible de s'enrichir progressivement sans un capital faramineux. Il trouve la motivation de se lancer dans l'entrepreneuriat, en gardant en tête l'idée des revenus passifs évoquée par Robert Kiyosaki. Tout en continuant ses lectures, il se lance alors dans le blogging.

Activité en ligne

Cédric Annicette commence par créer en 2011 son propre blog afin de partager ses connaissances et ses premières expériences en tant qu'entrepreneur. Son blog, businessattitude.fr, génère un trafic de plus en plus important. Il lui permet également d'échanger avec ses lecteurs et d'affiner son apprentissage. Pour lui, il est essentiel d'abandonner les idées reçues autour de l'argent et du succès pour vraiment s'émanciper du système en place.

Ses différentes lectures lui permettent aussi de rejeter les nombreux mythes qui existent à propos de l'argent. De la même manière, bien des gens entretiennent une idée fausse de la réussite. Cédric Annicette réalise ses premiers investissements sans parvenir réellement à s'enrichir. Il persévère néanmoins et améliore peu à peu sa méthode, en cherchant à appliquer de manière scrupuleuse les conseils rencontrés au cours de sa lecture des ouvrages de référence en matière d'investissement.

Investissements et succès

Parking Attitude

Grâce à ses nombreuses lectures et au bon état d'esprit désormais acquis, Cédric Annicette se sent en mesure de réaliser des investissements plus conséquents. Il commence par acheter une place de parking et a développé des revenus par ce biais. En perfectionnant sa technique d'investissement, il livre sa première formation (« Parking Attitude »).

Avec ses gains, il rachète ensuite un appartement délabré dans le 18e arrondissement parisien. Il le rénove et le loue, en empochant ainsi une plus-value importante. Il prodigue en parallèle de nouvelles formations relatant ses réussites dans le secteur de l'immobilier. En quelques mois, son blog et ses investissements locatifs génèrent des revenus notables.

Après deux ans d'investissement, Cédric Annicette parvient à se créer un capital de 100 000 euros. Il diversifie ses revenus, achète un immeuble et investit en bourse en se focalisant sur les actions à dividendes. Son travail paie et, à 32 ans, il empoche son premier million.

Un touche-à-tout aux activités multiples

Immobilier

Désormais indépendant financièrement, Cédric Annicette souhaite donner à d'autres les clés de son succès. Il réalise pour cela plusieurs formations en ligne qui reviennent sur sa méthode d'investissement dans l'immobilier. En tout, quatre formations sont dispensées en ligne et un séminaire complet revient sur cette question.

Déjà évoqué, le cours « Parking attitude » permet de se constituer un premier capital sans prendre de risque. La formation « Louer à la semaine » est consacrée à la location saisonnière, tandis que le programme « Doubler son salaire avec l'immobilier » s'attarde sur le concept de revenus passifs. Enfin, la formation « Achat revente » donne de nombreux conseils pour faire des plus-values intéressantes.

Investissement boursier

La bourse constitue également l'un des domaines de prédilection de Cédric Annicette. S'il s'agit d'un domaine de prime abord complexe pour les néophytes, il a prouvé qu'il était possible de réussir en autodidacte dans ce milieu en faisant preuve de prudence et de persévérance.

Afin de guider tous ceux qui souhaiteraient suivre le même chemin, Cédric Annicette propose une formation en ligne spécifique. Intitulée « Touchez des dividendes », elle permet de bien comprendre les mécanismes boursiers afin de générer des revenus avec des investissements ciblés.

Business en ligne

C'est en tant que blogueur professionnel que Cédric Annicette s'est fait connaître en premier lieu. Il a démontré qu'il était possible de s'enrichir grâce à une activité en ligne, en proposant pour cela des contenus payants de qualité. Bien que ne disposant d'aucune formation dans ce domaine, il est devenu en quelques années l'un des experts français les plus reconnus dans le domaine du webmarketing de l'entrepreneur.

Les formations en ligne proposées par Cédric Annicette ont rencontré un grand succès au fil des ans. La plus importante d'entre elles est sans aucun doute la formation QLRR (Quitter La Rat Race). Considérée comme l'un des principaux programmes sur l'indépendance financière en France, elle vise à sortir de la logique « Métro, boulot, dodo ». Quatre piliers sont évoqués, basés sur son expérience : les revenus sur Internet, les investissements immobiliers, le marché boursier et la création d'entreprise.

Développement personnel

Enfin, Cédric Annicette accorde une importance toute particulière à la santé du corps. Il y voit un élément essentiel pour développer l'énergie indispensable à tout succès. Il propose des programmes adaptés autour de son utilisation du régime paléolithique. Bonnes habitudes alimentaires, conseils pour reprendre une activité sportive et programme détox sont de la partie.

Tout un pan de son activité est tourné vers le développement personnel. Il partage dans ce but ses connaissances au sein du club privé « Des livres pour s'enrichir ». Chaque mois, des résumés des livres majeurs de l'entrepreneuriat sont proposés aux abonnés.

Aujourd'hui âgé de 36 ans, Cédric Annicette s'impose comme un homme d'affaires à succès. S'il s'est installé depuis quelques années à l'île Maurice avec sa famille, il dispense toujours sa formation QLRR très appréciée. Son blog Business Attitude recense nombre de conseils (parfois en vidéo) pour apprendre comment bien investir avec un capital de départ réduit.

Malgré son jeune âge, Cédric Annicette est un entrepreneur et un formateur réputé. Il est aussi considéré comme l'un des pionniers français dans le domaine du blogging professionnel. Son parcours est la preuve qu'à force de travail et de volonté, le chemin de l'indépendance financière peut être suivi par tout un chacun.